Effectue des tâches ménagères si tu veux. Si tes parents te donnent déjà de l’argent de poche, demande si tu peux en gagner un peu plus en faisant davantage de travaux ménagers. Propose de faire la lessive, nettoyer la salle de bain ou passer l’aspirateur sur la moquette ou sur les tapis de la maison. Informe aussi tes voisins que tu es disponible pour accomplir ces tâches chez eux.
C’est ainsi que vous convaincrez vos prospects d’acheter. Ce que vous voulez faire ici est d’examiner le produit et de souligner les avantages de le posséder. En gros, vous voulez que vos clients potentiels s’assurent que lorsqu’ils auront effectué leur achat, ils auront pris la bonne décision. Par conséquent, il est de la plus haute importance que le produit soit de haute qualité et qu’il respecte la promesse ou la réclamation présentée sur la page de vente.
Avec la multiplication des plateformes de freelancing, les étudiants qui sont à l’aise à l’écrit peuvent générer des revenus plus ou moins conséquents en rédigeant des articles informatifs, des billets d’humeur, des chroniques et des tests de produit. L’activité est particulièrement rentable dans la mesure où elle ne vous coûte que votre temps. Veillez à ne pas vous engager dans des deadlines trop serrées pour ne pas empiéter sur vos études.

Profite de tes dons d'agriculteur. Cultive des herbes aromatiques, des légumes ou des plantes pour les vendre. Attention, il faut que tu aies la main verte ! Si tes parents t’autorisent à planter ton propre potager, choisis des légumes faciles à cultiver comme les tomates, les concombres ou la laitue. Si tu comptes avoir des plantes à l’intérieur dans des pots, opte pour celles qui demandent peu d’espace et une faible exposition au soleil. Récolte tes légumes lorsqu’ils sont murs et vends-les dans des conteneurs en plastique ou des sacs en papier [5].
vendre des formations : tu aimerais apprendre aux autres comment créer un site internet, comment perdre du poids ou comment draguer au collège ? Ton site pourrait te permettre d'attirer des internautes intéressés par ton contenu, et de proposer à la vente une ou plusieurs formations. Une fois que ta formation sera créée, tu pourras la vendre pendant plusieurs années – et empocher ainsi un revenu passif.
Le nombre d’écoles de l’Archipel spécialisées dans l’enseignement de la langue japonaise aux étrangers ne cesse d’augmenter, année après année. On en compte à l’heure actuelle plus de 600. Toutefois, beaucoup des élèves inscrits dans ces établissements se rendent au Japon non pas pour étudier mais pour gagner de l’argent, attirés par les promesses alléchantes d’intermédiaires peu scrupuleux. Pour ce faire, ils s’endettent lourdement et, une fois sur place, ils ont bien du mal à rembourser leurs emprunts avec les emplois mal payés qu’on leur réserve. Dans l’article qui suit, l’auteur dénonce les méthodes perverses de ce véritable « business de l’éducation ».
Eric, étudiant en graphisme, a vécu une expérience étonnante et en a fait un moyen de multiplier les revenus. «Le début de mon histoire est un peu triste. Ma grand-mère est décédée le jour de mes 18 ans. Mes parents m’ont alors proposé de faire une brocante avec toutes les affaires qui n’avaient pas été récupérées par la famille. Avec deux copains, on a participé à une brocante de printemps et on a été étonné de voir que du ‘brol’ nous permettait de gagner autant d’argent. En une journée, on s’est fait chacun 270 euros! Du coup, j’ai directement pensé à moderniser le concept. Après le grenier de ma grand-mère, je me suis occupé de celui de mes parents qui voulaient en faire un nouvel espace bien-être. Mais passer une journée dans le froid et la pluie, très peu pour moi. Du coup, je me suis tourné vers Internet et des sites comme 2ememain ou eBay. En fonction de la qualité de l’objet ou de son côté attractif, j’opte tantôt pour la vente directe tantôt pour les enchères. Je me souviens avoir eu, un jour, un vieux bureau en bois à vendre. Les enchères se sont envolées. Depuis, dès que je trouve un truc à vendre, je le mets sur un des sites et, le samedi, je vais faire un dépôt à la poste.»
Une autre solution est de louer ton kot ou ta voiture si tu n’en as pas besoin. Enfin… si tu as une solution alternative. Thomas, étudiant en droit, voulait se faire de l’argent de poche en gérant une colocation. «J’ai cherché un appartement trois chambres à louer. J’ai ensuite demandé au propriétaire s’il ne voyait pas d’inconvénient à ce que je sous-loue les chambres que je n’occuperais pas. Pour lui, pas d’objection pour autant que je reste le locataire principal et que je prenne, par là, tous les risques à ma charge. L’appartement n’était vraiment pas cher et je suis arrivé à relouer les chambres une centaine d’euros de plus que ce qu’elles me coûtaient réellement par mois. Résultat: 200 euros d’argent de poche supplémentaire pour mes dépenses quotidiennes.» Même principe pour Eva, étudiante en archéologie. «Après une année en kot, j’ai rencontré mon petit ami actuel. Nous avons décidé de vivre ensemble assez rapidement. Si mon kot était mieux situé, à quelques pas de la Grand-Place de Bruxelles, le sien était plus grand et dans un quartier que je préférais. Depuis que nous sommes chez lui, je mets mon kot sur Airbnb. Il est pris en moyenne une vingtaine de jours par mois. D’accord, c’est du boulot, mais rien que cela nous permet presque de payer la location de l’appartement de mon petit ami.»

Le marketing d'affiliation est un modèle commercial qui peut vous rapporter des milliers de euros si vous le faites correctement. En fait, si vous réussissez bien, vous pouvez aller à plein temps, comme je l’ai fait après mon diplôme universitaire. Il s’agit de promouvoir des biens ou des services pour un commerçant et de toucher une commission chaque fois que vous effectuez une vente.

Il y a de plus en plus d'écoles privées qui se lancent dans les cours du soir surtout pour accompagner les étudiants qui passent un concours. Je suis devenue professeur dans une de ces structures. Dans mon domaine, je reprends mes cours des années précédentes et je transmets mon savoir aux plus jeunes. C'est un boulot d'étudiant compatible avec la poursuite de ses études. Si vous ne savez pas comment se faire de l'argent facilement en étant étudiant, vous pouvez aussi vous inscrire sur des sites qui proposent du service à la personne... Chacun doit faire selon ses goûts et selon les offres du marché.
vendre des formations : tu aimerais apprendre aux autres comment créer un site internet, comment perdre du poids ou comment draguer au collège ? Ton site pourrait te permettre d'attirer des internautes intéressés par ton contenu, et de proposer à la vente une ou plusieurs formations. Une fois que ta formation sera créée, tu pourras la vendre pendant plusieurs années – et empocher ainsi un revenu passif.

Si la création d’une boutique en ligne n’était autrefois réservée qu’aux grands comptes, aux PME et aux entrepreneurs avec certaines compétences, vous avez sûrement constaté qu’aujourd’hui vous pouvez créer un site et faire du dropshipping sans diplôme. A l’heure actuelle, il n’est donc plus rare que des particuliers, notamment des étudiants, se lancent dans le business du dropshipping pour gagner de l’argent sur internet. Je vais donc vous expliquer pourquoi la vente en ligne est un bon moyen pour se faire de l’argent de poche quand on est étudiant et surtout quelle solution choisir pour créer votre boutique.
Cela dit, il ne faut pas toujours faire appel à un bas de laine pour réfréner ses envies de dépense. À commencer par cette fonctionnalité qu’offrent certaines banques et qui consiste d’une part à bloquer les dépenses mensuelles, mais aussi d’inciter à une épargne automatique en reversant sur un compte d’épargne tout ce qui dépasse un certain montant à un moment donné. Enfin, il existe aussi des apps qui permettent de gérer son budget. Nous pensons à Study Money qui aura le bon goût de te prévenir lorsque tu fais un trou dans ton budget ou encore à Mint qui a le bon goût de vous donner des conseils pour épargner de l’argent.

Bonjour. J’ai lu vos conseils et votre article est vraiment intéressant. Je suis Tchadien, je suis en France depuis 4 mois en prépa MPSI (lycée Victor Hugo à Besançon). J’ai déjà donné des cours de soutiens dans mon pays aux élèves du primaire (à l’école française) pendant que j’étais en 1èreS. J’ai beaucoup réfléchis à comment faire pour avoir une stabilité financière sans entraver mes études et le soutien scolaire me semble être une bonne alternative.
Il s’agit d’un moyen noble et digne de vous faire rémunérer. En plus de générer des entrées d’argent, ce moyen vous offre aussi la satisfaction d’avoir aidé quelqu’un à acquérir des connaissances dont il tirera profit, et qu’il transmettra peut-être lui-même à son tour, contre paiement. Dans ce dernier cas, mes félicitations, vous vous créez vous-mêmes vos futurs concurrents !
L’idée demande bien évidemment un peu d’organisation et des choses à vendre. Vincent, un pote d’Eric, n’est plus étudiant. Mais il faisait partie de la première équipe, celle qui a vidé le grenier de la grand-mère, et il a décidé d’en faire un métier. Il s’est même fait une spécialité des meubles et autres toiles. Le reste, il le refourgue à Eric qui vend sur différents sites. Car c’est bien là que se situe le problème pour rendre cette solution efficace à long terme. Il faut toujours avoir des choses à vendre et cela prend souvent beaucoup de temps de récolter les objets. Pas de doute, travailler aux puces est un boulot à part entière.
Essayez d'avoir une édition antérieure. Si votre professeur a demandé l'édition récente d'un livre, il se peut que vous puissiez acheter une version antérieure à un prix moins élevé. Les éditeurs procèdent souvent à très peu de modifications d'une édition à l'autre, qui ne concernent généralement que les numéros des pages ou les ajouts occasionnels à la suite d'une mise à jour.
×