Bonjour. J’ai lu vos conseils et votre article est vraiment intéressant. Je suis Tchadien, je suis en France depuis 4 mois en prépa MPSI (lycée Victor Hugo à Besançon). J’ai déjà donné des cours de soutiens dans mon pays aux élèves du primaire (à l’école française) pendant que j’étais en 1èreS. J’ai beaucoup réfléchis à comment faire pour avoir une stabilité financière sans entraver mes études et le soutien scolaire me semble être une bonne alternative.
La liste pourrait encore être longue. À chaque étudiant rencontré, on pouvait entendre l’histoire d’un pote ou du pote d’un pote qui a trouvé un filon pour bosser ou pour gagner ces quelques euros qui permettent de gagner un peu en confort. Baby-sitting, coursier à vélo, plongeur, serveur dans un bar… En fait, pratiquement tous les métiers peuvent aujourd’hui se décliner en mode étudiant. Autant dire que si tu ne trouves pas le tien, c’est sans doute parce que tu n’as pas besoin ou envie de bosser… 
Salut Erwin. C’est tout simplement super cette voix que tu nous montres ! Je suis un étudiant ivoirien qui viendra très bientôt étudier en Licence 3 en Informatique à l’Université Clermont Auvergne. Je suis intéressé par le fait de donner des cours de soutien scolaire en maths précisément vu que j’ai de bonnes aptitudes dans ce domaine. Mais j’aimerais savoir si le fait d’être un étranger ne me porterait pas préjudice ?

Merci pour votre article, qui me parait être une bonne solution, je suis en maîtrise d’anglais. Par contre, vous vous faites rémunérer comment ? En espèces au black ? Non déclaré ? C’est dangereux si vous avez un contrôle fiscal et puis vous n’avez aucune protection sociale ni cotisation retraite… A moins que vous utilisiez des chèques emploi service ? Mais les parents payent les charges, donc 50% plus cher… mais un chèque emploi service, c’est un contrat. Il est interdit de travailler en France sans contrat, donc contrairement à ce que l’on pense la rédaction d’un contrat chèque emploi service est obligatoire. Et on ne peut pas arrêter comme ça …
​Ta grande tante t'as (encore) offert un pull passé de mode ? Tes armoires sont pleines, et tu ne portes même pas le quart des vêtements qu'elles contiennent ? Pas de panique, tu vas pouvoir les revendre sur des sites spécialisés, comme VideDressing, VestiaireCollective ou encore Vinted. Il te suffit de créer un profil, et de référencer tes produits – en insérant une ou plusieurs photos, et en rédigeant une description attrayante.
L’exemple d’Audrey n’est malheureusement pas rare et si elle a réussi à redresser la barre en seconde sess, ce n’est pas toujours le cas. Le premier conseil est sans doute de n’opter pour cette solution que si tu sais avoir une volonté d’acier. L’argent perçu durant les deux mois d’été doit être équitablement réparti sur les dix mois qui suivent. Pierre, étudiant en architecture, a trouvé un moyen très simple (même si un peu archaïque) de faire. «Une fois mes salaires versés, je retire tout de mon compte et je divise la somme par dix. Chaque part est ensuite glissée dans une enveloppe et je sais que, chaque mois, je ne peux pas dépasser ce qu’il y a dans l’enveloppe. Mon défi, c’est d’arriver à avoir un reste et de le mettre dans l’enveloppe suivante. Cela fait trois ans que je fais comme ça et je suis même arrivé, à la fin de l’année dernière, à m’acheter le vélo dont je rêvais parce que j’avais fait des économies.»
Tirez avantage de vos compétences en informatique et en saisie de données. Si vous êtes un dactylographe rapide et précis, si vous êtes inventif pour la création graphique ou si vous pouvez produire des tableaux et des diagrammes pour représenter des données, vous pourrez améliorer vos propres compétences et gagner de l'argent en enseignant et en aidant vos camarades à réaliser leurs travaux.
×